Archives par mot-clé : composition

Concours et résidence de composition pour instrument acoustique et Sampo

Concours et résidence de composition pour instrument acoustique et Sampo

Bourges 23 – 29 juin 2018

P9050031 extrAlight2

Musinfo est heureux d’annoncer la tenue de la cinquième édition du Concours / Résidence de Composition pour instrument acoustique et Sampo. Avec cette initiative Musinfo soutient le travail des compositeurs contemporains dans le domaine du « live-electronic ». La résidence se déroulera pendant les Journées Art & Science 2018 à Bourges.

Les compositeurs lauréats du concours recevront une commande de Musinfo pour composer une oeuvre nouvelle pour instrument acoustique et Sampo. Le travail de composition se fera en deux temps :

• Dans un premier temps, les lauréats travailleront avec le logiciel P-Soft émulant Sampo. Ils échangeront avec les interprètes de l’ensemble OpusCentrum qui prépareront les oeuvres sur lers Sampos.

• Les lauréats seront ensuite accueillis en résidence à Bourges pendant une semaine pour finaliser leurs compositions et préparer le concert de clôture des Journées Art & Science 2018 avec les interprètes. Des Sampos seront mis à disposition des compositeurs pendant la durée de la résidence.


Les dossiers de candidature doivent comporter les éléments suivants :

1 – Courte biographie (1500 caractères maximum)
2 – Photo (pour publication sur site à l’annonce des résidents)
3 – Lettre de motivation
4 – Courte esquisse pour démontrer la compréhension du travail avec Sampo et le logiciel P-Soft. Une page maximum au format PDF, composée pour P-Soft et un instrument acoustique seul (au choix de compositeur) accompagnée du fichier « bank » de leur configuration.
5 – 1 à 2 partitions des compositions récentes

Les candidats sont invités à adresser leurs dossiers avant le 31 janvier 2018 par Wetansfer à l’adresse : concours-bourges2018[at]musinfo.fr


Règles de participation :

  1. Date limite d’envoi des dossiers : 31 janvier 2018.
  2. Le concours est ouvert aux compositeurs de tout âge.
  3. Les lauréats des éditions précédentes ne peuvent pas participer au concours.
  4. Le logiciel P-Soft émulant Sampo pour écrire l’esquisse est accessible au téléchargement ici : http://www.sampo.fr
  5. Les exemples d’écriture pour Sampo ainsi que l’aide se trouvent à l’adresse : Logiciel et manuel
  6. Un jury international nommera les lauréats du concours courant le mois de février.
  7. La présence des lauréats pendant la résidence est obligatoire.
  8. Le jury peut décider de ne pas nommer de lauréat.

Conditions financières :

  1. L’inscription est gratuite.
  2. Musinfo prendra en charge les repas, l’hébergement et le voyage aller-retour à l’intérieur de France.
  3. Les frais de voyages transfrontaliers restent à la charge des lauréats.

Prix :

  1. Les lauréats recevront une commande de Musinfo pour composer une nouvelle composition.
  2. Les lauréats seront accueillis en résidence pendant une semaine, du 23 au 29 juin 2018 à Bourges.
  3. La nouvelle pièce sera créée pendant les Journées Art & Science 2018 par l’ensemble Opus Centrum.

Sampo residence light

Une des chambres de la résidence avec Sampo


 contact :

concours-bourges2018[at]musinfo.fr

http://www.musinfo.fr/index.php/fr/creation/concours/concours-2018

 Logo Musinfo

Appel à commande – Art Zoyd Studios et Quatuor Tana

Appel à commande à destination de jeunes compositeurs de moins de 40 ans pour pièce pour quatuor à cordes et électronique.
Les compositeurs devront avoir déjà une expérience de l’électroacoustique et un intérêt particulier pour l’électronique.

En collaboration avec le quatuor Tana,  Art Zoyd studios propose :

• Une résidence de création de 10 jours accompagnée d’un R.I.M (Réalisateur Informatique Musicale) à Valenciennes dans les studios d’Art Zoyd, comprenant le voyage, les repas et l’hébergement. Une commande d’un montant de 3000 euros pour une pièce de 15 minutes environ pour électronique et le Quatuor Tana : il pourra s’agir d’une pièce pour instruments acoustiques et électronique ou instruments hybrides et électronique : cf. lien avec video de Juan Arroyo https://vimeo.com/238917459
• La création de la pièce par le Quatuor Tana.

L’appel est ouvert à tous les ressortissants de tous les pays avec une limite d’âge de 40 ans.

Modalités : envoyer un dossier par courrier à artzoyd@wanadoo.fravec les éléments suivants numérisés :
Un CV
Une lettre de motivation
des partitions
des enregistrements témoins de la création du postulant

Date limite : 1er février 2018
Réponse : 30 mars 2018
période de résidence entre mai et novembre 2018

Jury: David Jisse, Christophe Havel, Daniel D’Adamo, André Serre-Milan, Kasper T Toeplitz, Vincent Paulet, Philippe Legoff, André Dion, Romaric Daurier, Philippe Danel, Bruno Letort, Wilfried Wendling, Gérard Hourbette, Quatuor Tana

Date limite:
jeudi 01 février 2018

 

plus d’info:

http://www.cdmc.asso.fr/fr/actualites/agenda-musique-contemporaine/concours-appels/appel-commande-art-zoyd-studios-quatuor-tana

Concours Helianthe – œuvres pédagogiques pour saxophones

Voici une annonce pour un concours qui a l’air très intéressant pour la composition d’œuvres pédagogiques pour saxophone favorisant l’interdisciplinarité artistique.
  • La date limite pour l’envoi des compositions est fixée au lundi 1er avril 2018 à minuit.
  • Les compositions doivent entretenir un lien avec une autre discipline artistique (danse, arts dramatiques, arts plas que, cinéma, litérature, etc.). La nature du lien est libre.
  • Les œuvres présentées doivent être pour saxophone alto solo ou accompagné au choix par :
    • Bande audio (format .wav ou .mp3 avec réduc on stéréo obligatoire pour les formats en 3 canaux ou plus) ;
    • Vidéo (format .avi ou .mp4 ou .webm) ;
    • Image seule ou suite d’images (format .jpeg) ou diaporama (format libre o ce ou open o ce) ;
    • Piano ;
    • Percussions ;
    • Deuxième saxophone alto ;
    • Un-e danseur-se ;
    • Un-e comédien-ne.
  • La durée totale de l’œuvre doit être inférieure à 4 minutes. Une œuvre en plusieurs mouvements est possible.
  • 1er prix : une commande d’un montant de 1500€ d’une durée minimale de 10 minutes.
  • 2ème prix : une commande d’un montant de 800€ d’une durée minimale de 7 minutes.
  • Prix des mécènes : une commande d’un montant de 800€ d’une durée minimale de 7 minutes.
Voir toutes les infos ici:

Conférence : John Cage / Song Books

Conférence-rencontre : John Cage / Song Books
Mercredi 25 oct. 2017 à 18h30
Strasbourg, HEAR, Auditorium

Song Books, œuvre emblématique de John Cage composé en 1970 – une compilation de 92 solos combinant voix, électronique et actions théâtrales. Tout à fait en accord avec les principes du happening et du mouvement Fluxus, Song Books permet d’unir musiciens, acteurs, plasticiens et amateurs dans une multitude d’actions qui se superposent, se croisent, se complètent mutuellement, et cela d’une manière qui laisse une grande place au hasard.

Conférence proposée par :
Rudolf Weber – historien de la musique (HEAR/Académie/Conservatoire)
Cyrille Bret – historien de l’art (HEAR/Strasbourg)
Ouvert à toutes les pratiques : plastiques/sonores/musicales/performatives

HEAR – Auditorium, 1 rue de l’Académie, Strasbourg
Mercredi 25 octobre 2017 à 18h30

Rentrée 2017 – cours

Bonne rentrée 2017-2018!

Voici les cours électroacoustiques proposés au semestre 1 :

  1. Techniques Studio 1 (1 sem)
    • lundi 10h-12h (Spindler) – salle 156
    • lundi 15h-17h (Spindler) – salle 156
    • lundi 19h-21h (Spindler) – salle 156
    • mardi 9h-11h (Gromer) – salle 156
    • mardi 11h-13h (Gromer) – salle 156
    • mercredi 15h30-17h30 (Spindler) – salle 156
    • mercredi 17h30-19h30 (Spindler) – salle 156
  2. Musique Mixte 2 (1 sem)
    • mardi 15h (Gromer) – salle 156
    • mardi 17h (Gromer) – salle 156
  3. Electroacoustique 1 + culture/histoire (une année)
    • jeudi 9h-12h (Mays) – salle 156
    • vendredi 14h-17h (Mays) – salle 156
  4. Electroacoustique 2 (une année)
    • vendredi 11h-13h (Mays) – salle 156
  5. Electroacoustique 3 (une année)
    • vendredi 9h-11h (Mays) – salle 156
  6. Electroacoustique – dominante (une année)
    • mardi 17h15-20h15 (Mays) – Studio
  7. Lutherie / Ensemble électronique (une année)
    • jeudi 17h30-19h30 (Mays) – salle 156

 

Voici les cours électroacoustiques proposés au semestre 2 :

  1. Musique Mixte 1 (1 sem, continuation de Techniques Studio 1)
    • lundi 10h-12h (Spindler) – salle 156
    • lundi 15h-17h (Spindler) – salle 156
    • lundi 19h-21h (Spindler) – salle 156
    • mardi 9h-11h (Gromer) – salle 156
    • mercredi 15h30-17h30 (Spindler) – salle 156
  2.  Techniques Studio 1 (1 sem)
    • mardi 11h-13h (Gromer) – salle 156
    • mercredi 17h30-19h30 (Spindler) – salle 156
  3. Musique Mixte 2 (1 sem, continuation de Musique Mixte 1)
    • mardi 15h (Gromer) – salle 156
    • mardi 17h (Gromer) – salle 156
  4. Electroacoustique 1 + culture/histoire
    • jeudi 9h-12h (Mays) – salle 156
    • vendredi 14h-17h (Mays) – salle 156
  5. Electroacoustique 2
    • vendredi 11h-13h (Mays) – salle 156
  6. Electroacoustique 3
    • vendredi 9h-11h (Mays) – salle 156
  7. Electroacoustique – dominante
    • mardi 17h15-20h15 (Mays) – Studio
  8. Lutherie / Ensemble électronique
    • jeudi 17h30-19h30 (Mays) – salle 156

 

Concerts – Journée de la jeune création 2017

Journée de la jeune création 2017

Examens de fin d’année des classes de Composition et de
Création et Interprétation Electroacoustique.

3 Concerts de composition instrumentale,
électroacoustique et mixte

Mardi 20 juin, 2017
16h, 18h et 20h
Cité de la Musique et de la Danse de Strasbourg – Salle d’orchestre


Concert I – 16h

musique mixte et instruments électroniques

Ensemble Électronique de Strasbourg (EES), HAL (2017), quatuor d’instruments électroniques gestuels en réseau. 8 min.
(Etienne Haan, Jean-David Merhi, Sergio Núñez Meneses Guido Pedicone – tablettes)

Antonio TULES, Vaporisation (2017) pour flûte et électronique, 5 min.
Ayako Okubo, flute (dans le cadre d’une collaboration avec l’ensemble Hanatsu miroir).
DNSPM 2

Guido PEDICONE, Stomatopod (2017) pour guitare électrique 9 cordes et électronique sur support et temps-réel. 15 min.
Guido Pedicone, guitare.
DNSPM 3

Loïc LE ROUX, Proles Ferô (2017) pour violon et électronique. 6 min.
Camille Nancy, violon.
DEM

Etienne HAAN, Sans un mot (2017) pour voix et électronique. 8 min.
Kanae Mizobuchi, voix.
DNSPM 3

Jean-David MERHI, Métal (2017) pour dispositif de percussion et électronique. 15 min.
Victor Hocquet, percussions
Lucas Laperrière, structure métallique (étudiant art de la HEAR/Strasbourg)
DNSPM 2

Daphné HEJEBRI, Machinarium (2017) pour harpe et électronique. 8 min.
Jean-Baptiste Haye, harpe.
DNSPM 3


Concert II – 18h

ensembles instrumentaux et musique acousmatique

Roman CARVAJAL, Phases d’un rêve prémonitoire (2017) pour 7 instruments (clarinette-basse, percussion, accordéon, violon, alto, violoncelle et contrebasse). 7 min.
Xavier Muñoz, clarinette.
DNSPM 1

Loïc LE ROUX Impulse (2017) pour six instruments (flûte, hautbois, clarinette, saxophone, harpe et piano). 10 min.

Daphné HEJEBRI Phantasmagoria (2017) pour dix instruments (flûte, clarinette, saxophone, piano, accordéon, percussion, violon, alto, violoncelle et contrebasse). 10 min.

Etienne HAAN, De coups et d’éclats (2017) pour 14 instruments (flûte, hautbois, clarinette, saxophone-baryton, trompette, trombone, 2 percussions, harpe, 2 violons, alto, violoncelle, contrebasse). 13 min.

Roman CARVAJAL, Un seul mot (2017), pièce acousmatique. 6 min.

Sergio NUNEZ MENESES, Les cheveux ondulés me rappellent la mer de mon pays (2016), pièce acousmatique. 10 min.
Master 1

Jean-David MERHI, Katharaxis (2017), pièce acousmatique. 7 min.

Ensemble instrumental d’étudiants de la HEAR et du CRR de Strasbourg
Armand ANGSTER, direction.


Concert III – 20h

opéra en version de concert

Clara OLIVARES, Mary (2017), opéra de chambre avec électronique en temps-réel pour soprano, clarinette(s), saxophone(s), violon et violoncelle. 45 min.
sur un livret de Clara Olivares.
Master 2

Ensemble XXI.n
Sarah Brabo-Durand soprano
Szuhwa Wu violon
Pierre Fourcade violoncelle
Yannick Herpin clarinettes
Claude Georgel saxophones.
Anaïs Georgel, réalisation en informatique musicale

 

Séminaire/Débat – Pratiques Sonores à la HEAR

Séminaire « Pratiques Sonores »

Intervention de Tom Mays, professeur HEAR/Académie Supérieure de Musique

Présentation avec rencontre/débat
Mardi 14 mars, 18h à 20h
l’Auditorium du site Art de la Hear/Strasbourg, 1 rue de l’Académie.

“Le son de la musique et la musique du son”

Dans le cadre des Séminaires Pratiques Sonores organisé au sein de la HEAR, et suite aux présentations faites précédemment par des professeurs tels Joachim Montessuis, Bastien Gallet et Yvan Etienne (celle de Bertrand Gauguet ayant été reportée) – Tom Mays propose de traiter le sujet “Création Musicale / Création Sonore” – par une présentation de son travail de compositeur de musiques et sons, suivi d’une rencontre/discussion/débat. La HEAR invite professeurs et étudiants des trois sites, mais aussi ses partenaires à l’Université de Strasbourg (Le LabEx GREAM et la Faculté des Arts), ainsi que tout public intéressé par la question des “ponts entre arts plastiques et musique”.

Entre la notion du “son organisé” de Varèse, le silence/son de Cage et l’objet sonore de Schaeffer, en passant par les Futuristes, les compositions de “Soundscapes”, l’art radiophonique, la poésie sonore, l’écriture instrumentale concrète, la musique spectrale, la transformation temps réel et la synthèse sonore dans les musiques électroacoustiques et mixtes, et en même temps la multiplication des œuvres plastiques ayant le sonore comme matière principale – le son est devenu une préoccupation majeure non seulement dans la création musicale mais plus généralement dans l’art. Des termes pourtant “simples” comme plastique ou temporel se trouvent remis en question quand on parle de la temporalité d’une œuvre plastique ou du son sculpté dans la création musicale.

Nous vous invitons, professeurs, étudiants et public divers, à nous réunir autour de ces questions. La rencontre sera clôturée par un moment de convivialité autour des verres qui trinquent et des petits grignotages qui « crunchent ».

Article de Geneviève Charras sur le concert Jeune Talents

l’article en ligne:

http://genevieve-charras.blogspot.fr/2016/10/jeunes-talents-compositeurs-une.html


« Jeunes talents, compositeurs »: une génération prometteuse!

Avec les étudiants des classes de composition de Philippe Manoury et Daniel D’Adamo, d’électroacoustique de Tom Mays, Etudiants du conservatoire de Strasbourg et de l’Académie de musique de Strasbourg/ HEAR
Sous la direction de Armand Angster et Emmanuel Séjourné, voici du beau et bon monde réuni, pour « cultiver la différence », faire émerger de nouveaux talents de compositeurs et interprètes…. autour des œuvres de Jean David Mehri par exemple »Prolongements », en création mondiale:
une musique mixte, pour saxo soprano, électronique en temps réel et virtuosité!
Adam Campbell et Jean David Mehri, à l’oeuvre, c’est un duo inattendu, sons brefs et insistant du saxo, amplifié en écho, comme un cor de chasse, strident, au Lointain.Très contrastée, la musique est enjouée, en volutes et spirales, le son lancinant tenu en fond sonore.Sensuel, caverneux, le son sourd, affolé à la Garbarek parfois, en salves déchirantes, cinglantes.Fracas, débris de sons, fureur pour entamer au final une accalmie, contraste frappant, désorientant.

Etienne Haan pour « Eclipse » va prouver qu’un chef d’orchestre peut se doubler, s’oublier, se dédoubler: parti des sons de neuf gestes de danse, voici une musique interprétée par un danseur, alors que derrière lui les musiciens et un « vrai » chef d’orchestre bat la mesure.
Idée originale qui donne à voir la musique par le truchement d’une danse magnétique: celle du jeune et longiligne Clément Debras :Face au public, il réinterprète les gestes du dirigeant, sans jamais les mimer, sans pathos: jeu de mains, tremblements, postures complexes, acrobatiques, genoux souples se dérobant, doigts en position de cou et bec de cygnes, lac des signes cabalistiques d’une danse de chef de tribu qui jamais ne regarde les musiciens, sauf exception pour s’assurer qu’ils sont bien encore là! Un chef à l’envers, très narcissique, relax, désinvolte, primesautier, poignets hyper mobiles sans baguette ajoutée. Stature fière et attitude nonchalante se conjuguent pour ce chef qui n’est pas dans l’ombre comme son compère à qui il tourne le dos: Armand Angter, au travail, dans le noir face aux jeunes interprètes
Il lui prend la vedette et ne s’en lasse pas!Étiré sur les pointes, toréador, aux gestes brossés, tétaniques, on regarde la musique danser, incarnée, jamais caricaturée ou redondante.Noble, fier, se caressant le long du corps, il borde sa danse de ses bras, enveloppe son corps, en courant marin possédé par les vagues: des ondes le parcourent par les hanches: son corps est aussi instrument et métaphore. Sous son plus beau profil à la Israel Galvan, ce jeune homme qui danse fait songer à Angelin Preljocaj, précis, précieux, versatile, futile en diable. Alors, la musique est bonne qui inspire cet univers burlesque, humoristique aussi, décalé, distancé. Ombre, double ou doublure du chef, dos à dos en dialigue d’aveugles mais pas de sourds, le danseur danse (dixit Baschung) Le regard vers nous, interrogateur ou séducteur, conducteur de grâce et d’enchantement.La scénographie originale de la pièce lui doit beaucoup, se joue de la plasticité de son corps, des étirements des vêtements: il se renverse, se plie mais ne cède pas, penché, courbé, en vrille ou spirale; il s’affole, s’agite déborde de son mètre carré de surface dansable, en tours, glissades, envolées, gestes enrobés
Dans le noir final, l’obscurité dévoilera le vrai chef, bras tendu dans l’ombre, petites mains discrètes et efficaces: qui est le vrai chef: celui qui guide le son, ou celui qui implique le regard et donne à la musique un espace éphémère de vie, unique!Oeuvre qui fera date dans ce « laboratoire » expérimental de scénographie, composition et interprétation. Andréa Baglione à la conception originale de ce projet.
Et un artiste complet à suivre: Clément Debras, à Millepied,  à Petipa !

Pour terminer ce concert éclairé,Benoit Soldaise pour « Vingt sept »;
Sous la direction d’Emmanuel Séjourné, place aux percussions: des gamelles et des bidons qui se bidonnent, c’est pas du bidon: alors en marche pour cette opus martial, où l’on frotte, on gratte du polystyrène en poly sons, on tape sur des cymbales Des cloches, des sifflets pour un joyeux tohu-bohu ludique plein d’humeurs et d’humour; six percussionnistes enjoués inventent des sons égrainés, ensablés, des chants de coq ou de grillon, comme dans une volière en folie, une basse cour perturbée par l’apparition d’instruments distrayants le banal quotidien: « panique à la cour »dans les brigades et batterie de cuisine pétrolières: marche militaire solennelle burlesque et décalée, montée en puissance assourdissante, quelques contrastes mystérieux et les ambiances sont campées. Froissement de toile de survie, verre à eau résonant, quelques gestes frappant de musique avortée, stoppée en cour de geste: le chef autoritaire, arbitre de ce match désordonné et indisciplinaire, semble bien s’en remettre.
Concert réussi, chatoyant et attestant de l’originalité, de la liberté donnée aux jeunes créateurs de tout poil pour inventer la musique d’aujourd’hui: du « fait maison » en direct avec les produits du marché, cuisine intuitive, raffinée, déstructurée ou sage-pasage: comme il vous pklaira! Le charme opère, la voie est libre!