Archives de catégorie : annonces

Annonces pour tous les cours

Concerts – Journée de la jeune création 2017

Journée de la jeune création 2017

Examens de fin d’année des classes de Composition et de
Création et Interprétation Electroacoustique.

3 Concerts de composition instrumentale,
électroacoustique et mixte

Mardi 20 juin, 2017
16h, 18h et 20h
Cité de la Musique et de la Danse de Strasbourg – Salle d’orchestre


Concert I – 16h

musique mixte et instruments électroniques

Ensemble Électronique de Strasbourg (EES), HAL (2017), quatuor d’instruments électroniques gestuels en réseau. 8 min.
(Etienne Haan, Jean-David Merhi, Sergio Núñez Meneses Guido Pedicone – tablettes)

Antonio TULES, Vaporisation (2017) pour flûte et électronique, 5 min.
Ayako Okubo, flute (dans le cadre d’une collaboration avec l’ensemble Hanatsu miroir).
DNSPM 2

Guido PEDICONE, Stomatopod (2017) pour guitare électrique 9 cordes et électronique sur support et temps-réel. 15 min.
Guido Pedicone, guitare.
DNSPM 3

Loïc LE ROUX, Proles Ferô (2017) pour violon et électronique. 6 min.
Camille Nancy, violon.
DEM

Etienne HAAN, Sans un mot (2017) pour voix et électronique. 8 min.
Kanae Mizobuchi, voix.
DNSPM 3

Jean-David MERHI, Métal (2017) pour dispositif de percussion et électronique. 15 min.
Victor Hocquet, percussions
Lucas Laperrière, structure métallique (étudiant art de la HEAR/Strasbourg)
DNSPM 2

Daphné HEJEBRI, Machinarium (2017) pour harpe et électronique. 8 min.
Jean-Baptiste Haye, harpe.
DNSPM 3


Concert II – 18h

ensembles instrumentaux et musique acousmatique

Roman CARVAJAL, Phases d’un rêve prémonitoire (2017) pour 7 instruments (clarinette-basse, percussion, accordéon, violon, alto, violoncelle et contrebasse). 7 min.
Xavier Muñoz, clarinette.
DNSPM 1

Loïc LE ROUX Impulse (2017) pour six instruments (flûte, hautbois, clarinette, saxophone, harpe et piano). 10 min.

Daphné HEJEBRI Phantasmagoria (2017) pour dix instruments (flûte, clarinette, saxophone, piano, accordéon, percussion, violon, alto, violoncelle et contrebasse). 10 min.

Etienne HAAN, De coups et d’éclats (2017) pour 14 instruments (flûte, hautbois, clarinette, saxophone-baryton, trompette, trombone, 2 percussions, harpe, 2 violons, alto, violoncelle, contrebasse). 13 min.

Roman CARVAJAL, Un seul mot (2017), pièce acousmatique. 6 min.

Sergio NUNEZ MENESES, Les cheveux ondulés me rappellent la mer de mon pays (2016), pièce acousmatique. 10 min.
Master 1

Jean-David MERHI, Katharaxis (2017), pièce acousmatique. 7 min.

Ensemble instrumental d’étudiants de la HEAR et du CRR de Strasbourg
Armand ANGSTER, direction.


Concert III – 20h

opéra en version de concert

Clara OLIVARES, Mary (2017), opéra de chambre avec électronique en temps-réel pour soprano, clarinette(s), saxophone(s), violon et violoncelle. 45 min.
sur un livret de Clara Olivares.
Master 2

Ensemble XXI.n
Sarah Brabo-Durand soprano
Szuhwa Wu violon
Pierre Fourcade violoncelle
Yannick Herpin clarinettes
Claude Georgel saxophones.
Anaïs Georgel, réalisation en informatique musicale

 

Workshop : Geste instrumental et musique électronique

Workshop

« Geste instrumental et musique électronique : étude de cas »

Workshop proposé par Baptiste Bacot, doctorant à L’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et à l’IRCAM, le mardi 30 mai de 14 à 16 heures, en salle 156, au Conservatoire.

Organisé par le GREAM, ouvert aux étudiants de création électroacoustique.

Au-delà des genres eux-mêmes, les pratiques de la musique électronique mobilisent une communauté de moyens technologiques qui les relient les unes aux autres. Les antagonismes esthétiques, riches de sens, ainsi que le partage des procédés de génération et de traitement du son permettent de déployer une analyse comparative des moyens utilisés, des stratégies d’appropriation instrumentales et logicielles et des processus de création musicale. Je commenterai la pratique de Robert Henke, Brain Damage, Pierre Jodlowski et Jesper Nordin. Leurs pratiques couvrent respectivement les méta-genres de la performance audiovisuelle, de la musique populaire de danse et de la musique savante avec électronique pour les deux derniers.

Le mapping – l’association d’un geste au contrôle de paramètres sonores – est un élément central des interactions technologiques : il conditionne non seulement les possibilités du jeu musical mais aussi la représentation des corps musiciens sur scène. Questionner ces deux aspects des pratiques de la musique électronique ouvre de nouvelles perspectives quant aux méthodes d’analyses du geste musical dans de tels contextes.

Baptiste Bacot est doctorant contractuel (2013-2016) à l’EHESS (CAMS) et détaché dans l’équipe APM (IRCAM). Il travaille sur la musique électronique selon une approche ethnographique visant à circonscrire les rapports entre les corps musiciens, les instruments électroniques et l’impact de la technologie sur les manières de produire, de concevoir et d’exécuter la musique. L’analyse située du processus de création musicale dans des esthétiques variées (musique populaire de danse, musique électroacoustique, performance audiovisuelle), reliées entre elles par le partage des mêmes outils technologiques, permet de poser les fondations d’une organologie gestuelle des instruments électroniques. Le titre provisoire de sa thèse est « Une organologie des pratiques de la musique électronique. Instrumentalité, création et représentation. »


Après le workshop, il y aura une conférence ouverte à tous :

« Corps, instrumentalité et musique électronique »

proposée par Baptiste Bacot le 30 mai, de 17h30 à 19 heures, en salle 18 au Portique.

L’instrument de musique est un paramètre déterminant des pratiques musicales. Son élargissement notable, du fait de l’intégration progressive de la technologie a contribué à l’émergence de nouveaux genres musicaux à partir de la fin des années 1960, tout en rendant floue la notion même d’instrumentalité. L’automation perturbe en effet la compréhension du rapport traditionnel entre le geste d’excitation et la production des sons. Cette reconfiguration de la chaîne causale de la production des sons amène légitimement à se demander en quoi consiste concrètement le travail des musiciens ayant recours aux technologies musicales.

Aborder l’organologie élargie de la musique électronique par la notion de geste et la nature technologique des configurations instrumentales permet de dépasser les positions théoriques qui restreignent l’instrumentalité aux pratiques acoustiques. Cette démarche, fondée sur une ethnographie de la musique électronique autorise également une réévaluation contextuelle des machines et logiciels employés par les musiciens, et donne lieu à un questionnement portant tout à la fois sur la création musicale en contexte technologique, sur les stratégies de création et d’appropriation instrumentales et enfin, sur la représentation des corps musiciens en situation de concert.

Atelier Florent Colautti au Shadok et au Conservatoire

Florent Colautti propose un atelier sur la lutherie électronique et l’interaction en 2 séances:

  1. le 12 avril, 10h-18h, au Shadok
    • introduction
    • présentation des techniques
    • exercices/projets
  2. le 9 mai, 14h30-19h30, à la Cité de la Musique, salle 156
    • finalisation des travaux

Florent Colautti vous invite à découvrir e-String, un instrument de musique « maison » à six cordes métalliques excitées, sans contact, par des archets électromagnétiques (e-bow) pilotés depuis l’ordinateur. L’atelier se concentrera sur les possibilités et modes d’excitation ou de génération sonore à partir d’appareils électro-mécaniques contrôlés depuis l’ordinateur. Sous la forme d’une lutherie contemporaine, les participants devront imaginer un dispositif de création sonore et des modes de jeux à partir d’un processus de contrôle.

Cet atelier s’adresse à des musiciens professionnels et amateurs, ayant des compétences basiques autour des logiciels Max/msp ou Pure data ainsi que des connaissances de base en électronique (ndlr : utilisation possible d’un testeur et fer à souder).

Mots clefs : Moteur DC, vibreur, Max/msp, arduino, physical computing, objet sonore, lutherie contemporaine

L’entrée est libre sur inscription.

ET envoyer un mail à

Conférence logiciel « Q-live » Université de Montréal

Bonjour à tous,

à l’Université de Montréal, ils travaillent depuis plus de deux ans sur un tout nouveau logiciel sensé faire face à lbsolescence technologique en musique mixte, et de faciliter l’acte de création temps réel dans un but pédagogique.

ça s’appelle Q-Live.

Ils vont le présenter dans une conférence à 12h, heure Montréal, donc 17h en France (d’habitude c’est -6h, mais ils ont déjà passé en heur d’été…).

Je suis en train d’organiser un skype avec Pierre Michaud, le prof en musique mixte à l’origine du projet pour qu’on puisse assister en “temps réel” à la conférence.

Ce n’est pas 100% sûr, mais en principe j’aurai la connexion à la conférence à 17h en salle 156. Vous êtes tous invité.

Voici un article au Journées d’Informatique Musicales 2015 à Montréal qui présente le projet Q-Live :

http://jim2015.oicrm.org/actes/JIM15_Michaud_P_et_al.pdf

et puis, l’annonce de la conférence plus bas.

à bientôt,

Tom

——

Dans le cadre du colloquium d’études supérieures

Conférence de Pierre Michaud, Olivier Bélanger et Tiago Bortoletto Vaz,  Jeudi 16 mars, 12h, B720

Le projet Q-Live : 

Conférence de Pierre Michaud (professeur adjoint en composition), Olivier Bélanger (chargé de cours) et Tiago Bortoletto Vaz (étudiant au baccalauréat en composition mixte)

Q-Live est un logiciel open source conçu par Pierre Michaud et développé depuis 2014 par Olivier Bélanger et Tiago Bortoletto Vaz grâce au soutien du Fonds de recherche du Québec sur la société et la culture (FRQSC).

Ce projet a comme buts principaux :

  1. De proposer une solution au problème d’obsolescence technologique en musique mixte (sauvegarde automatique en format PDF des données liées à l’électronique d’une oeuvre)
  2. De faciliter le développement d’une pédagogie heuristique de la musique mixte pour les interprètes et les compositeurs (prise en main rapide)

En introduction, Pierre Michaud exposera les grandes lignes du projet.

Olivier Bélanger offrira un tour de piste du logiciel et de ses fonctionnalités.

Tiago Bortoletto Vaz présentera l’intégration de la sauvegarde automatique avec MEI (Music Encoding Initiative)

Ce logiciel gratuit sera intégré au séminaire Composer et interpréter la musique mixte à l’automne 2017.

Séminaire/Débat – Pratiques Sonores à la HEAR

Séminaire « Pratiques Sonores »

Intervention de Tom Mays, professeur HEAR/Académie Supérieure de Musique

Présentation avec rencontre/débat
Mardi 14 mars, 18h à 20h
l’Auditorium du site Art de la Hear/Strasbourg, 1 rue de l’Académie.

“Le son de la musique et la musique du son”

Dans le cadre des Séminaires Pratiques Sonores organisé au sein de la HEAR, et suite aux présentations faites précédemment par des professeurs tels Joachim Montessuis, Bastien Gallet et Yvan Etienne (celle de Bertrand Gauguet ayant été reportée) – Tom Mays propose de traiter le sujet “Création Musicale / Création Sonore” – par une présentation de son travail de compositeur de musiques et sons, suivi d’une rencontre/discussion/débat. La HEAR invite professeurs et étudiants des trois sites, mais aussi ses partenaires à l’Université de Strasbourg (Le LabEx GREAM et la Faculté des Arts), ainsi que tout public intéressé par la question des “ponts entre arts plastiques et musique”.

Entre la notion du “son organisé” de Varèse, le silence/son de Cage et l’objet sonore de Schaeffer, en passant par les Futuristes, les compositions de “Soundscapes”, l’art radiophonique, la poésie sonore, l’écriture instrumentale concrète, la musique spectrale, la transformation temps réel et la synthèse sonore dans les musiques électroacoustiques et mixtes, et en même temps la multiplication des œuvres plastiques ayant le sonore comme matière principale – le son est devenu une préoccupation majeure non seulement dans la création musicale mais plus généralement dans l’art. Des termes pourtant “simples” comme plastique ou temporel se trouvent remis en question quand on parle de la temporalité d’une œuvre plastique ou du son sculpté dans la création musicale.

Nous vous invitons, professeurs, étudiants et public divers, à nous réunir autour de ces questions. La rencontre sera clôturée par un moment de convivialité autour des verres qui trinquent et des petits grignotages qui « crunchent ».

5ème Journée des Jeunes chercheurs du GREAM

5ème Journée des Jeunes  chercheurs du GREAM :

« L’analyse musicale au-delà de la  partition »

(Message de la part du GREAM, Université de Strasbourg)

Vous êtes cordialement invités à la 5ème Journée des Jeunes chercheurs du GREAM : « L’analyse musicale au-delà de la partition » organisée par Camille LIENHARD, Abril PADILLA et Julie WALKER (membres du GREAM) le vendredi 17 mars 2017 de 8h45 à 17h, au Collège doctoral européen, sis au 46 boulevard de la Victoire 67000 Strasbourg. L’entrée est libre.

La journée des jeunes chercheurs est soutenue par le Labex GREAM (Groupe de Recherches Expérimentales sur l’Acte Musical) de l’Université de Strasbourg, dans le cadre du Programme des Investissements d’Avenir.

Vous trouverez ci-joint l’affiche et le programme de la journée:

Programme_de_la_5eme_Journee_des_jeunes_chercheurs_du_GREAM

Et n’hésitez pas, pour avoir plus d’informations sur la journée et le programme détaillé, à consulter :

– la page Facebook du Labex GREAM : https://www.facebook.com/events/186241428543027/

– et le site Internet du GREAM :
https://gream.unistra.fr/activites/evenement/?tx_ttnews%5Btt_news%5D=14206&cHash=889db7f196443551ae85cf546bf3c3ac

Nous espérons que vous pourrez y assister et y passer un agréable moment… et n’hésitez pas à diffuser l’information.

Cordialement,

Alexandre FREUND-LEHMANN


Labex GREAM
Gestionnaire scientifique, administratif et financier
Coordinateur de projets

MISHA – Labex GREAM
5, allée du Général Rouvillois
67083 STRASBOURG CEDEX
bureau 218-220

tél. : +33 3 68 85 62 49
e-mail : freundlehmann (at) unistra (dot) fr

Monaco Electroacoustique 2017

Rencontres Internationales de Musique Electroacoustique – Monaco

jeudi 4, vendredi 5 et samedi 6 mai 2017
concerts, conférences, table rondes, ateliers, concerts des étudiants
Musique acousmatique, mixte, vidéo

 

 

 

 

Organisation : Académie Rainier III
Entrée libre et gratuite

18 compositeurs invités et 45 étudiants de 17 pays

3 concerts au Théâtre des Variétés (dont plusieurs créations mondiales)
3 concerts des étudiants à l’Académie Rainier III (16 institutions du monde représentées)
7 conférences
2 masters classes de composition électroacoustique
4 ateliers de spatialisation sonore
2 tables rondesDans cette quatrième édition, la biennale « Monaco Electroacoustique » proposée par l’Académie Rainier III, la Mairie de Monaco et soutenue par la SOGEDA, s’affirme comme l’évènement international de musique électroacoustique le plus important de la région et l’un des plus intéressants au niveau mondial. Sous la direction artistique de Mario MARY, Professeur en Electroacoustique à l’Académie Rainier III, cette rencontre est conçue comme un laboratoire artistique au plus haut niveau international. Elle accueille pendant trois jours : compositeurs, chercheurs, instrumentistes, artistes,  étudiants  et enseignants en électroacoustique de 17 pays (Portugal, Espagne, France, Monaco, Grande-Bretagne, Belgique, Allemagne, Suisse, Italie, Japon, Canada, Etats-Unis, Mexique, Colombie, Pérou, Brésil et l’Argentine).L’action de l »ensemble des participants, permettra le déploiement d’un large spectre de la création musicale contemporaine autour : de la musique électroacoustique, de la musique mixte, du live electronic, du multimédia, et au travers de  concerts, conférences, tables rondes, ainsi que d’ateliers et de masters classes. A cette occasion seront celébrés les 90 ans de Francis Dhomont (invité d’honneur) et nous rendrons hommage à Karlheinz Stockhausen, disparu il y a 10 ans,  à travers sa pièce mixte « Kontakte ».

Ce projet résulte d’une longue réflexion initiée au sein de l’Académie Rainier III, afin qu’il soit adapté à la Principauté, à l’air du temps et aux expectatives des société actuelles. L’affluence des étudiants de nombreux pays donnera vie et sens à ces rencontres.

Pour mettre en valeur la dimension de l’espace et les subtilités du timbre, la projection sonore des œuvres en concert sera réalisée avec un système de son multicanal et un « orchestre » de 40 haut-parleurs. Monaco Electroacoustique 2017 sera l’occasion d’une immersion privilégiée au coeur de cette singulière aventure de l’art sonore contemporain.

Monaco Electroacoustique a innové dans la conception de ce type d’évènement en se détachant du format habituel des festivals et des rencontres. Son objectif est de créer un évènement culturel vivant, outil de la société en général et destiné plus particulièrement à la communauté électroacoustique. L’impact international de cette manifestation contribue sans nul doute au rayonnement de la Principauté, dans le monde entier.

Théâtre des Variétés : concerts à 20h30
Académie de Rainier III : conférences, ateliers, tables rondes et concerts des étudiants à partir de 14h30.
L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.
Réservation +377 93.15.28.91.     Informations : www.mairie.mc
Direction artistique : Mario MARY mmary@mairie.mc

Commission d’aide à projet (étudiant) de la HEAR

La deuxième commission d’aide à projet (étudiant) de la HEAR aura lieu le 15 mars prochain la date limite des dépôts de dossier le 28 février 2017.

Les  demandes de dossier, formulaires sont à retirer auprès de Nicolas  Schneider (nicolas.schneider@hear.fr) sur rendez vous les mardi matin,  mercredi et jeudi toute la journée.

Ce soutien est accordé par la Haute école des arts du Rhin à un étudiant  pour un projet individuel ou collectif donnant lieu à une diffusion  publique (exposition, livre, film, concert, etc.) dans un cadre  professionnel (galerie, salle de spectacle, théâtre, concert, musée, etc.). L’aide, à hauteur de 500 euros pour un projet  impliquant les étudiants d’un seul site et 750 pour les projets impliquant des étudiants des différents sites de la HEAR, est destinée  principalement à conforter l’inscription du travail de l’étudiant dans  le champ professionnel.

Ainsi, sont privilégiés les projets se déroulant  hors les murs et impliquant un partenariat. La procédure de demande constitue en elle-même une préparation aux  démarches que connaîtront les diplômés à leur sortie de la Haute école  des arts du Rhin.